Université Paris Descartes Bienvenue sur le site de la Faculté de Chirurgie Dentaire

L'implantation à Montrouge

Création de l'école nationale de chirurgie dentaire

Un décret d'octobre 1968 crée l'école nationale de chirurgie dentaire (ENCD) de Paris, qui s'installe à Montrouge. Les bâtiments, implantés 1, rue Maurice Arnoux à Montrouge, dont la construction a été terminée à la fin de l'année 1968 pour y installer l'école normale supérieure (ENS) de jeunes filles sont actuellement partagés avec l'école normale supérieure. Les locaux occupant une superficie de 18 000 m2 environ sont situés dans un espace bien aéré et bien aménagé de 8 000 m² environ.
Les services hospitaliers implantés à :
Colombes (92700) Hôpital Louis Mourier,
Créteil (94000) Hôpital Albert Chenevier, 
Ivry (94200) Hôpital Charles Foix 
Paris (75018) Hôpital Bretonneau.
En application de la loi Faure, qui en 1968 crée les universités, les écoles nationales de chirurgie dentaire sont intégrées, en 1970, dans les universités comme unité d'enseignement et de recherche (UER). L'ENCD de Paris devient donc UER de chirurgie dentaire et est une composante de l'université Paris 5.La loi Savary de 1984 organise l'enseignement supérieur. Les UER sont transformées en unités de formation et de recherche (UFR).
L'UFR d'odontologie prend le nom de faculté de chirurgie dentaire. 

 

Évolution

En 1971, la loi crée un numerus clausus en odontologie. Le nombre des étudiants de PCEM autorisés à poursuivre leurs études en odontologie est de 290 en 1971, 190 en 1980, 121 en 1985, 90 depuis 1991.La loi du 13 juillet 1972 confère au chirurgien dentiste une capacité professionnelle en conformité avec celle des chirurgiens dentistes européens : "La pratique de l'art dentaire comporte le diagnostic et le traitement des maladies de la bouche, des dents, des maxillaires, congénitales ou acquises...... Cette loi, associée à la loi du 24 décembre 1971, qui stipulait que "les chirurgiens dentistes peuvent prescrire tous les médicaments nécessaires à l'exercice de l'art dentaire", hisse donc la chirurgie dentaire au niveau de spécialité médicale reconnue. Les années 80 voient la mise à parité progressive de l'odontologie avec les autres disciplines universitaires, en particulier médicales, même statut pour les corps hospitalo-universitaires, mêmes diplômes sanctionnant la formation à la recherche pour le recrutement des enseignants (DEA, doctorat, habilitation à diriger des recherches). En outre, deux diplômes nationaux spécifiques à l'odontologie sont créés : le certificat d'études cliniques spéciales mention orthodontie (CECSMO) en 1987 et le diplôme d'études supérieures de chirurgie buccale (DESCB) en 1989. L'arrêté du 27 septembre 1994 relatif aux études en vue du diplôme d'État de docteur en chirurgie dentaire modifie entièrement le cursus odontologique.Il est crée un troisième cycle comportant-  soit une sixième année (cycle court),-  soit trois ans pour les étudiants reçus au concours de, l'internat qui est non qualifiant (cycle long) enseignement théorique et formation clinique dispensés dans les services d'odontologie.Par ailleurs, ce nouveau cursus se caractérise, - d'une part par la réforme des enseignements : réorganisation des enseignements existants, introduction des nouvelles matières obligatoires, y compris des langues vivantes, enseignements complémentaires obligatoires qui peuvent porter sur des domaines autres que l'odontologie, le droit et l'économie par exemple - d'autre part, par l'augmentation du volume horaire des stages cliniques - stages hospitaliers dans les services d'odontologie pendant toutes les années du cursus et stages hors services d'odontologie sur trois années,- introduction de nouveaux stages : initiation aux soins infirmiers et initiation à la vie professionnelle.Depuis ces réformes, le nombre d’étudiants inscrits s’élève à 1011 tous les cycles confondus. 

 

La recherche

Dès sa création, l'UFR d'odontologie a donné à la recherche biomédicale une place prépondérante en créant et en soutenant le développement de laboratoires au sein desquels les enseignants et les étudiants participent à des projets de recherche clinique fondamentale.

Par ailleurs, des collaborations se sont établies et développées avec des institutions publiques de recherche comme l'INSERM, le CNRS, l'Institut Pasteur, le Collège de France, ainsi que des actions en partenariat avec les industries.